25/09/2005

Un peu de patience...

Etant sur le départ (congééé!), je ne peux pas poster 1978 cette semaine :-( Mais consolez-vous, la semaine prochaine vous aurez droit à 1978 et 1979! ;-)

11:06 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/09/2005

1977 - La fin de Frontispice (et de Ch Louvain)

L'année 1977 est nettement plus calme: elle n'est en fait qu'un prolongement et un parachèvement de 1976... Côté métro, la station Demey, terminus pressenti de la branche auderghemoise, est enfin inaugurée: le 71 est donc relégué à Delta, son terminus faubourgs actuel; en revanche, les 51 et 96 y sont prolongés, respectivement depuis la place Wiener et le square des Archiducs; enfin, le 35 barré devient vraiment minuscule, puisqu'il n'effectue plus le trajet qu'entre Demey et le Transvaal... Une nouvelle ligne fait également son apparition: il s'agit du 34, qui relie la Porte de Namur au Transvaal en reprenant l'itinéraire des anciens 41 et 45 entre la Porte de Namur et l'avenue d'Auderghem, puis l'itinéraire de l'ancien 25 dont il reprend les couleurs blanc/blanc; le service Centre-Casernes, dont le succès avait toujours été très faible, est supprimé à cette occasion. Cette même année, la ligne 53 est prolongée à l'AZ-VUB depuis la place Bockstael, ce qui représente un allongement substantiel; quelque mois plus tard, c'est au tour de la ligne 13 d'être significativement rallongée: elle devient AZ-VUB - Nord. Enfin, une nouvelle ligne 74 de code couleur vert/vert est mise en service entre le rond-point du Meir et le tout nouveau complexe hospitalier Erasme, et ce en attendant le prolongement du tram 103. Mais l'événement phare de l'année est l'abandon de la «Mecque» des Autobus Bruxellois: le garage Frontispice est abandonné au profit des nouvelles infrastructures de Haren, bientôt imité par l'antique dépôt de la Chaussée de Louvain. Seuls les ateliers restent encore provisoirement actifs à Frontispice. A l'heure actuelle, l'ensemble du site vient d'être rasé par les pelleteuses...

13:14 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

1976 - L'avènement du métro

Le renouvellement du matériel se poursuit en 1976. A propos, personne n'a remarqué qu'en 1975, je n'avais pas parlé des Volvo, alors que la 1e série était en cours de livraison! Même avant la livraison des Magirus, la caisse Jonckheere inspirée par Neerman fait l'unanimité: celle-ci est donc choisie pour habiller l'autobus standard bruxellois de la moitié des années septante. Côté mécanique, on assiste à une nouveauté: sous le capot se glisse le tout premier moteur à turbocompresseur, de marque Volvo. Soixante autobus de ce type (B59-55) sont commandés (série 8061 à 8120), bientôt suivi de septante autres (série 8121 à 8190). Entre-temps, la troisième série d'essai est enfin livrée, avec un gros retard: il s'agit des Magirus SH110 formant la série 8031 à 8045; esthétiquement, ils sont rigoureusement identiques aux Mercedes; côté mécanique, le moteur Deutz à refroidissement par air fait entendre sa toux caractéristique... Le solde des Bus&Car est également livré, après une saga mouvementée (la société brugeoise Bus&Car est en faillite). Les derniers Brossel tiennent encore bon, mais ce sont désormais les Fiat et les Volvo qui leur tiennent la dragée haute... Quant à l'effectif du parc, il se monte à 585 véhicules!!! Autre événement très important: les toutes nouvelles installations de Delta sont inaugurées: elles abritent les rames de métro, mais également les autobus qui étaient jusque là parqués à Ixelles! Le dépôt de l'avenue de l'Hippodrome redevient ainsi 100% trams, le déménagement des bus d'Ixelles à Delta s'effectuant au cours d'une nuit marathon... Côté réseau, beaucoup de lignes sont chamboulées à cause d'une part de la mise en service du métro lourd entre De Brouckère et Tomberg ou Beaulieu, d'autre part de l'ouverture de l'axe souterrain nord-sud. Les lignes 27 et 30 ne dépassent plus le Tompberg en direction de la ville, tandis que le 42 y est prolongé depuis le Shopping. Les lignes 28 et 36 s'arrêtent à Schuman. Par contre, le 80 est prolongé de Montgomery à la Porte de Namur, en remplacement des trams 41 et 45 supprimés. Un étrange service Centre-Casernes sans numéro remplace vaille que vaille le 25... Plus étrange encore, le tram 35 se voit renforcé par un bus 35 à mention identique! Toutefois, seule la version barrée circulera, entre les Casernes et le Transvaal. Enfin, le 38 et le 57 disposent d'un nouveau terminus souterrain à la gare du Nord, dans le CCN (Centre de Communications Nord). N'oublions pas le 48, qui dans l'indifférence presque générale, est prolongé jusqu'à son terminus actuel d'Uccle Stalle... La photo de la semaine est tirée de la collection de notre Président de la revue Tram 2000: elle représente une armada de Volvo au nouveau terminus Tomberg, avec en plus un 28 qui théoriquement n'a rien à faire là!

12:52 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/09/2005

1975 - Vers un âge d'or de l'autobus

Une fois n'est pas coutume, l'actualité de cette année 1975 est particulièrement chargée. Du côté du réseau, quatre indicatifs de ligne font leur apparition, tandis que deux dessertes sont fondamentalement revues. Tout d'abord, afin de ne pas confondre cette ligne de bus avec l'axe de Grande Ceinture, le 5 est renuméroté 59, sans aucun autre changement, que ce soit de code couleur ou d'itinéraire. Ensuite, cinq ans après la suppression du 28, l'avenue Georges Henri dit adieu au tram: le 81 est désormais limité au square Montgomery, tandis qu'un autobus 80 (vert/blanc) reprend l'exploitation du tronçon abandonné et dessert le quartier des Constellations. Toujours au chapitre des nouveautés, deux lignes inédites sont mises en service: la 51 Danco - Wiener (jaune/jaune) et la 53 Neder over Heembeek - Bockstael (vert/vert). Enfin, le 42 est détourné à partir du boulevard du Souverain par le boulevard de la Woluwe, afin de desservir le Woluwe Shopping Center; la desserte du Joli-Bois est reprise par la ligne 36, qui jusque là ne s'était jamais aventurée dans le bas de l'avenue de Tervuren. Citons aussi, pour être complets, que le terminus du 43 est reporté de la place Danco au square des Héros: en dépit de cette modification mineure, les films ont été adaptés! Le matériel n'est bien entendu pas en reste: c'est qu'il faut maintenant penser au remplacement des Brossel A98 et A92 (8151 à 8356) ainsi que des Fiat 1 et 2 (8357 à 8420), sans oublier les huit prototypes 8900. Partant du principe que les voitures particulières deviennent de plus en plus confortables alors que les voyageurs des transports en commun doivent se contenter de banquettes étroites (quand il reste des places assises!), la STIB décide d'offrir dans ses véhicules un degré de confort comparable, en proposant des sièges galbés avec appui-tête; le concepteur industriel Neerman est chargé de dessiner une carrosserie moderne et élégante; comme à l'accoutumée, quatre séries d'essai de 15 véhicules seront livrées afin de déterminer «le» nouveau type d'autobus standard. La première tranche de quinze véhicules, de type AU115, numérotés de 8001 à 8015 et motorisés par Daf, présente une caisse très semblable à celle des Fiat, mais le dernier de la série reçoit une carrosserie prototype signée Neerman et préfigurant les futurs A120. Viennent ensuite les quinze Mercedes O.305 (8016 à 8030) dont la carrosserie dessinée par Neerman et construite par Jonckheere est particulièrement soignée. Enfin, le premier exemplaire de la quatrième série d'essai est livré lui aussi: il s'agit d'un Bus&Car Eagle 16 (matricule 8046) à la carrosserie avant-gardiste inspirée du 8015, dont le rugissement et les performances décoiffantes du moteur Caterpillar marqueront à jamais les jeunes amateurs de l'époque. Récapitulons: 1e série = Daf 8001 à 8015, 2e série = Mercedes 8016 à 8030, 4e série = Bus&Car 8046 à 8060, ... et la troisième série, où est-elle? Eh bien, elle ne sera livrée qu'en 1976, c'est-à-dire, pour vous lecteurs, la semaine prochaine! ;-)

10:09 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |