20/04/2007

1993 - Des bus au gaz naturel

La nouvelle majeure de 1993 est la mise en service, pour la première fois, d'autobus propulsés par un carburant dit «alternatif». Une directive de la Région stipulait que la commande de nouveaux bus devait inclure un minimum de vingt véhicules «propres»: la STIB s'est contentée de ce quota... et la Région a installé à ses frais une station de compression-détente au sein même du complexe de Haren où ces A300 CNG (Compressed Natural Gas) sont remisés. Extérieurement, les bus sont reconnaissables au coffre gris foncé se trouvant en toiture, coffre qui dissimule les huit bonbonnes contenant le gaz compressé à quelque 200 bars. Autre originalité de 1993: l'avènement de la billetterie magnétique, qui provoque le déclassement des bons vieux oblitérateurs Camp au profit des Prodata. Côté réseau, citons d'abord une rareté: la «tramification» du 51 Midi - Héros, par prolongement de la ligne 18 depuis la place Saint-Denis jusqu'au Dieweg. Devenu un doublon, le 51 disparaît. Mais quelques mois plus tard, le tram 58 est chassé de Vilvorde au terme d'une incroyable saga politico-communautaire: en prétextant que le tram importait en Flandre les «problèmes bruxellois» (sous-entendu: les allochtones), la Région flamande refuse de prendre part financièrement au remplacement des rails dans la Schaerbeeklei. Vu la vétusté des voies, la STIB n'a d'autre alternative que de supprimer le tram... En contrepartie, la Flandre exige (!) et obtient (!) qu'une ligne de bus relie Vilvorde à la place Rogier, et soit exploitée par les véhicules les plus modernes. Comme les nouveaux A500 sont affectés à Molenbeek, c'est Vandermeeren qui dessert le 58 Vilvorde - Rogier, au prix de nombreux «kilomètres morts»... D'autres modifications plus mineures impactent quelques lignes d'autobus. La ligne 78 est prolongée à la rue Bollinckx en desservant les boulevards Industriel et de l'Humanité. Pour compenser la disparition du tram 81 au square Léopold, la ligne 89 est déviée par la place Bockstael. Enfin, le site de Forest National est desservi en soirée, non pas par le 54 mais par le 48 qui est dévié à l'essai. Le 50 déserte l'avenue Van Volxem pour reprendre l'itinéraire de l'ex-51, par l'avenue du Pont de Luttre et la rue Saint-Denis. Le 45 abandonne la desserte de l'OTAN et s'arrête désormais sur le parvis de l'église Saint-Vincent. Citons enfin, à titre d'anecdote, que le remplacement des voies du carrefour Buyl, seule «Grand Union» bruxelloise (croisement de lignes de tram avec aiguillages dans les quatre directions), qui s'effectue pendant les grandes vacances, entraîne l'exploitation des lignes 93 et 94 à l'aide de Volvo de Delta munis des films ad hoc.

21:48 Écrit par Transiristor dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.