28/05/2007

1994 - 120 A300 supplémentaires

Nous voici en 1994 qui est une année relativement peu dense en événements majeurs. L'un d'entre eux est la commande de 120 autobus Van Hool A300 supplémentaires. Choisis intégralement en configuration Diesel, ces «A300D2» sont légèrement différents de leurs aînés «A300D1»: d'une part ils sont plus courts et à empattement réduit, ce qui augmente leur maniabilité; d'autre part une boîte ZF 5 vitesses remplace l'ancienne boîte Voith à 3 rapports, ce qui améliore les performances de l'engin en dépit d'un moteur légèrement moins puissant. A leur livraison, il n'y a pas une tranche contiguë de 120 matricules disponibles: c'est ainsi que les A300D2 sont numérotés 8740 à 8799 et 8620 à 8679. D'aucuns en déduisent un peu vite que les 8740 à 8799 sont des A300D2 et que les 8621 à 8679 sont des A300D3, rumeur renforcée par le fait que ces deux sous-séries présentent l'une ou l'autre différence imperceptible. Et pourtant, les autobus sont techniquement identiques et possèdent des numéros de châssis qui se suivent. Cette rumeur persiste encore aujourd'hui car pratiquement tous les chauffeurs de Haren adorent disserter à loisir sur les prétendues différences entre les «D2» et les «D3»... Du côté du réseau, il n'y a pas grand'chose à signaler, si ce n'est la création d'une navette entre le Karreveld et la station Ribaucourt: celle-ci est demandée par la commune de Molenbeek en raison des travaux aux alentours de la Maison communale. Bien que les bus circulent avec les mentions «Karreveld» et «Ribaucourt» sans numéro, cette navette se voit attribuer l'indicatif interne 88. A l'autre bout de la ville, les lignes 30 et 30 barré s'échangent la desserte du centre historique de Wezembeek; c'est désormais au 30 barré qu'incombe cette tâche. Citons également à titre d'anecdote l'implantation d'un terminus à la place Surlet de Chokier pour les services 29 et 63 limités à Madou, ce qui évite la boucle pénalisante par la place Quételet. Revenons brièvement au matériel pour annoncer une triste nouvelle aux amateurs des Man A120: il est détecté sur plusieurs autobus de cette série une corrosion substantielle du châssis à l'arrière, ce qui provoque les premiers déclassements naturels. Et pourtant, certains de ces véhicules rouleront jusqu'en 2000 voir 2001, ce qui n'est pas le cas des Leyland, Fiat et autres Daf dont les derniers survivants s'apprêtent à jeter le gant... Rendez-vous en 1995 pour en parler plus longuement ;-)

10:56 Écrit par Transiristor dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |