19/01/2006

1986 - Un A280 à l'essai

Bien qu'il n'y ait pas grand'chose à dire pour 1986, deux événements sortent particulièrement du lot. Le premier est l'apparition des films directionnels unicolores avec numéro à gauche sur les Volvo de Delta: le blanc, le jaune, le rouge, le vert et le bleu, déclinables en vingt-cinq combinaisons différentes deux à deux, font place au jaune, au rouge, au vert (clair, foncé ou «moyen»), au bleu (clair ou foncé), au brun (clair ou foncé), au bordeaux et au mauve, mais également au jaune vif (Service Spécial) et au gris (Réservé); le rose n'apparaîtra que plus tard. Côté matériel, un autobus de type nouveau est à l'essai partout en Belgique: après la STIC (Charleroi), la STIV (Verviers), la MIVG (Gand) et la STIL (Liège), le voilà en prêt à la STIB. Il s'agit d'un Van Hool de type A280: ce véhicule se caractérise notamment par ses trois portes, son plancher plat situé à 550 millimètres du sol et son accès via une seule marche. Très rapidement, l'A280 sera rebaptisé A500, en référence à sa hauteur de plancher. A Bruxelles, ce bus a circulé sous matricule 8300 sur les lignes 63, puis 54 et enfin 47. Il faudra attendre encore cinq ans avant de revoir ce type d'autobus à Bruxelles! Enfin, question réseau, il est à noter que deux services par jour de la ligne 86 sont prolongés, d'un côté depuis Elbers jusqu'aux cimetières de Berchem et de Koekelberg, de l'autre depuis la place des Etangs Noirs jusqu'à la place Simonis.

14:01 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

12/01/2006

Bienvenue en 2006, l'année du bouquin!

Bonjour à tous! Ça faisait longtemps, hein? Tout d'abord, permettez-moi de vous présenter mes meilleurs voeux pour 2006: que cette «année du bouquin» (eh oui, c'est promis!) soit agréable pour vous et vos proches, et qu'elle vous apporte tout ce que vous puissiez désirer (y compris les 6 numéros du Lotto!). Côté blog, vous aurez certainement remarqué que le rythme des messages s'est considérablement ralenti: il est vrai qu'il y a un peu de retard dans le planning... mais rien de grave, c'est essentiellement dû à un surcroît de travail à accomplir, en particulier pour le chapitre des films qui fut particulièrement complexe à mettre au point (choix des couleurs, mise en page, ...), Jean-Pierre et moi nous y sommes arraché les cheveux! Mais nous mettons les bouchées doubles afin de boucler le projet à temps. Les textes sont pratiquement terminés, il reste encore à rajouter quelques déviations momentanées qui ont eu lieu ces quinze dernières années. Par contre, les photos ne sont pas encore choisies: nous devrions commencer la sélection «incessamment sous peu»... Le plus compliqué sera sans doute de se choisir un «échantillon représentatif» d'environ 200 clichés, mais après il y a tout le travail de scanning et de mise en page: en effet, le fichier PDF doit être remis prêt à imprimer à l'éditeur, photos comprises! Quant à la diffusion, le livre ne sera disponible que sur commande, via souscription: ne vous inquiétez pas, vous serez prévenus bien à temps via les canaux habituels (ce blog, Tram 2000, ...). En attendant, les vingt années encore à couvrir via ce blog seront progressivement publiées au rythme de l'avancement du travail, de manière à ce que la mise en ligne de l'historique 2005 corresponde approximativement à l'ouverture de la souscription... Je vous remercie pour votre fidélité à ce blog (près de 8000 visiteurs en 11 mois, bravo!), et vous donne rendez-vous très bientôt!

16:40 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

09/12/2005

1985 - Année riche en événements

1985 est une année très riche en événements. Côté matériel, la STIB met en service pour la première fois des autobus articulés, quatre ans après la SNCV: les vingt-cinq AG280 (série 8801 à 8825) reçoivent une livrée spécifique à trois tons (le bleu et le jaune classiques, ainsi que du bleu foncé) et des sièges anti-vandalisme à coquilles plastique recouverts d'une mince galette. Les bobines de films sont entièrement constituées de mentions unicolores avec numéro à gauche, ce qui constitue une nouveauté. Après avoir circulé pendant le 46e Congrès UITP, ces autobus sont mis en service sur le 71 dès le mois de juin. Côté réseau, l'actualité est également très fournie. C'est tout d'abord la mise en service de la station de métro Herrmann-Debroux qui va générer une mini-restructuration. La ligne 51 est absorbée par le 42 qui devient Calevoet (B) – Kraainem (on ne parle pas encore de Viaduc [E40] à l'époque). La desserte de Ste-Anne est reprise par le 96 qui prolongé depuis la station Demey. Quant au 71, il est définitivement limité à la station Delta. Plus tard, c'est au tour de la station Louise d'être mise en service, empêchant le tram 18 d'encore se rendre au Fort-Jaco: cette desserte est reprise par le tram 92, mais aussi par un nouvel autobus 60 De Brouckère – Fort-Jaco. Une autre ligne fait son apparition pour l'occasion: il s'agit du 37 Nord (B) – G. Brugmann, qui remplace en partie le 93 détourné à Legrand par l'axe Royal. Ces deux dessertes autobus reçoivent dès l'origine des mentions unicolores à numéro à gauche (code couleur brun foncé pour le 37, vert clair pour le 60). Quant au 34, il est détourné entre Sablon et Trône par la station Louise et la Porte de Namur. Enfin, le 54 est lui aussi détourné par la Porte de Namur et la place du Trône. D'autres lignes du réseau subissent également des modifications. D'une part, le 59 doublement barré est renuméroté 68, sans modification d'itinéraire: il est vrai que cette desserte se distinguait assez fortement de la ligne 59... Quant au 47, il est dévié afin de desservir d'une part le World Trade Center, d'autre part l'Hôpital Militaire; suite à ces modifications, le 57 n'est plus exploité qu'en heures de pointe. Plus anecdotiquement, la trémie reliant la place de la Justice au boulevard de l'Empereur est comblée pour des raisons de sécurité (vétusté), entraînant la déviation du 48 par le Sablon. Deux autres lignes sont légèrement prolongées: il s'agit du 95, dont le terminus Heiligenborre est reporté chaussée de la Hulpe, et du 78 qui s'en va desservir Humanité (les mentions deviennent bordeaux avec numéro à gauche). Retournons du côté matériel pour signaler l'hécatombe des séries d'essai de l'«Age d'Or»: après les Magirus, déjà déclassés, c'est au tour des Mercedes et des Bus&Car de disparaître. Parmi les Bus&Car, le 8059 est transformé en bus salon (comme le 8060 en 1981), le 8046 est conservé à titre de banques d'organes, et le reste de la série (8047 à 8058) prend le chemin de Charleroi où ils rouleront pour le compte de la STIC. De ces quatre séries d'essai, il ne reste plus que les Daf, affectés à Brogniez et réservés aux Spéciaux; mais plus pour longtemps...

20:09 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

1984 - Rue de Stalle interdite aux trams

Deux événements majeurs et symboliques viennent marquer l'année 1984. Le premier touche le matériel: les Fiat 3 sont définitivement déclassés, les services d'indice vert étant repris par les Mercedes. Les Fiat 3 encore roulants sont revendus à la MIVA, à l'exception du 8441 qui est conservé pour le MTUB. Le deuxième événement important touche le réseau: vu l'état déplorable des voies de la rue de Stalle et le risque élevé de déraillement, le tram 58 est dévié par Drogenbos; la desserte de la rue de Stalle est reprise par un autobus navette circulant sous indicatif 158. Plus anecdotiquement, les services 85 barré, qui depuis la mise en service de Beekkant avaient un itinéraire quasi totalement distinct du 85, sont renumérotés 86. C'est également en 1984 qu'un tout premier essai grandeur nature de films à numéro à gauche est effectué: les Volvo 8121 à 8132 circulent sur la ligne 20 avec des mentions expérimentales, où la partie réservée au texte est bicolore rouge/blanc avec uniquement la destination écrite en noir dans un cartouche blanc. Un dernier point à signaler pour clôturer l'année, et qui sera traité plus en détail en 1985: un premier autobus articulé «stibien» est présenté à Bruxelles...

10:27 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

30/10/2005

1983 - Pas de répit pour les changements...

On pourrait croire que 1983 serait le calme après la tempête de 1982; eh bien, c'est fort relatif... Du côté du réseau, le 89 abandonne son curieux terminus de Comte de Flandre pour atteindre le Westland Shopping (bien que son nouveau film blanc/jaune indique BON AIR). Question films justement, l'évolution est discrètement en marche: les textes sont simplifiés de trois à deux lignes, de même qu'apparaissent des mentions barrées directionnelles, c'est-à-dire mentionnant uniquement la destination finale; on n'en est pas encore aux films unicolores à numéro à gauche, mais on s'en approche petit à petit... Question matériel, on assiste à des choses curieuses: alors que les récents Mercedes (qui n'ont que 8 ans) sont mis en réserve inactive, et que les non moins récents Magirus sont relégués aux services d'indice vert à Vandermeeren, certains vieux Fiat 3 de 1969 sont remis en service! Comprenne qui pourra... mais avec la STIB, le mieux est parfois de ne pas trop chercher. Il est vrai que les ateliers n'ont jamais apprécié les petites séries, et donc ont tendance à négliger les entretiens, ce qui entraîne immanquablement des problèmes de fiabilité et des avaries plus fréquentes que la moyenne... D'un autre côté, la restructuration des dépôts se poursuit: c'est ainsi que Brogniez est totalement dédié aux seuls services spéciaux (autobus et minibus PMR), et donc n'assure plus de services ligne. Ceci implique des conséquences inattendues, à savoir que certains types de bus vont totalement disparaître des lignes régulières, puisqu'affectés à Brogniez: il s'agit principalement des Leyland (8501 à 8515), des Fiat 4 (8516 à 8530), de la première moitié des Fiat 4 Jonckheere (8531 à 8545), ainsi que des Daf (8001 à 8015). Heureusement, ce purgatoire ne durera que quelques années...

22:23 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/10/2005

1982 - Modifications profondes du réseau

1982 est une année charnière pour le réseau autobus, à l'image de la Grande Restructuration de 1967-1968: à deux reprises, la mise en service de stations de métro supplémentaires va induire de profondes modifications dans le réseau autobus. Dans un premier temps, la branche de Woluwe est prolongée de Tomberg à Alma: le 27 est supprimé (ainsi que le crochet du 30 par l'UCL en soirée); le 30 est limité à la station Vandervelde; le 42 n'est pas raccourci, mais bien prolongé à la place de la Station à Kraainem, sous le viaduc de l'autoroute... E5 (à l'époque, la E40 désigne encore l'autoroute Bruxelles-Namur!); le 29 est dévié par l'avenue Hymans et la station Roodebeek, moyennant un gymkana dans l'étroite chaussée de Roodebeek, où les bus sont amenés à se croiser le cas échéant! Indépendamment de l'événement, les 85 et 87 sont prolongés de Beekkant à Etangs Noirs. Dans un second temps, à l'ouest de la ville, la ligne 1B est prolongée à Saint-Guidon: le 21, le 46 et le 76 sont supprimés, ainsi que le tram 102; le 47 est prolongé de la Bourse à Moortebeek via les ex-46 et ex-76; de la même manière, le 89 est prolongé au Peterbos via les ex-102 et ex-21; l'itinéraire du 49 est revu dans la commune d'Anderlecht; le 63 abandonne une partie de la chaussée de Ninove pour desservir le boulevard Machtens (le terminus est enfin dénommé Machtens à cette occasion, au lieu de Scheut). La restructuration se fait également ressentir de l'autre côté de la ville: un nouveau 67 Schuman – Houtweg remplace partiellement le 76; le 59 barré reçoit... une deuxième barre (!), un concept utilisé uniquement pendant l'Expo '35 et désignant ainsi un service partiel à l'itinéraire distinct. Enfin, c'est en 1982 que l'ensemble des Bus&Car est placé en réserve inactive: ils ne rouleront plus jamais en ligne...

23:14 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

1981 - Le 8060 transformé en bus salon

Suite au prolongement du métro à Beekkant en 1981, le réseau autobus est revu du côté ouest, touchant les lignes historiques... ex-Economiques. Le 85 et le 87 désertent la Bourse est sont limitées à Beekkant, en provenance respectivement de la gare de Berchem et de Marie de Hongrie. Plus curieusement, le nouveau terminus ville du 89 est fixé à proximité de la maison communale de Molenbeek. Enfin, le 47 déserte les quais pour desservir la rue de Laeken, à l'instar du 46. Plus tard, à l'autre bout de la ville, le 59 est prolongé de Saint-Vincent à son terminus actuel de Bordet, à l'époque dénommé Houtweg; n pointe, des services 59 barré circulent entre le Quartier Reine Elisabeth (futur arrêt Jules Bordet) et la gare de Schaerbeek, préfigurant les futurs 59 doublement barré (!), 68 et 69. Côté matériel, il convient de signaler une première: le Bus&Car Eagle 16 Caterpillar 8060 est retiré du parc actif afin d'être transformé en autobus salon (avec homologation autocar) pour les VIP de la STIB: vingt-trois ans plus tard, un autre VIP allait organiser dans ce 8060 mythique une partie de ses festivités de mariage...

22:48 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |