28/08/2005

1974 : cent Fiat 6 de plus, un Fiat 5 en moins...

Côté réseau, 1974 est une année très calme. Le 63 est prolongé du cimetière de Bruxelles à Maes, ce qui induit la suppression des services 65 desservant Maes ou le QRE: la lisibilité de la ligne 65 en est largement simplifiée, tous les services ayant désormais comme destination l'OTAN. A l'autre bout de la ville, le 48 est prolongé à l'avenue Decroly. Comme en 1973, l'essentiel de l'actualité vient du matériel. Une nouvelle commande de cent véhicules est passée chez Van Hool et concerne des autobus de type 409-AU93, baptisés Fiat 6 à la STIB. Si au niveau moteur et boîte (Fiat et Voith) «on ne change pas une équipe qui gagne», en revanche un effort particulier a été fait au niveau de l'intérieur en ce qui concerne la luminosité: d'une part la boîte à films latérale est reléguée en toiture plutôt que d'empiéter sur la première vitre latérale, d'autre part l'éclairage est constitué de deux frises latérales plutôt qu'une seule centrale. Il s'agira des derniers autobus motorisés «à l'italienne»: il y aura ainsi eu 127 véhicules équipés du moteur Fiat de première génération (10 Fiat 1, 54 Fiat 2 et 63 Fiat 3) et 250 ayant reçu le Fiat de deuxième génération (45 Fiat 4, 105 Fiat 5 et 100 Fiat 6), soit au total 377 autobus. Fiat aura ainsi battu le record établi par Leyland, à savoir 344 véhicules (3 Brossel AB6DS, 30 Brossel A96DAR, 60 Brossel A98DAR-C, 30 Brossel A99DAR, 190 Brossel A98DAR-V et 15 VanHool 409-AU9 équipés du Leyland O.680, ainsi que 16 Brossel A92DAR équipés du «petit» Leyland O.400). Enfin, c'est en juin 1974 que se produit le dramatique accident à Neerpede entre le Fiat 5 8587 et un camion de 15 tonnes, faisant plusieurs morts et provoquant le déclassement prématuré du bus livré à peine quatorze mois plus tôt. La photo, prise par René Stevens à travers la clôture de Vandermeeren après le rapatriement du bus, illustre bien la violence du choc...

10:19 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/08/2005

Message personnel à Pol Tordeur

Pol, comme je ne parviens pas à te joindre par mail (l'adresse que j'ai ne semble plus valable), je poste ce message ici, sachant que tu viens lire ce blog de temps en temps. Je me permets de faire appel à toi car tu détiens peut-être la réponse à une question précise. Le jour de la Toussaint 1969, alors que le 63 «PL. MEISER - SCHEUT» est toujours exploité en tram, un service de renfort par autobus circule sous film 63 barré «PL. MEISER - BOURSE» entre la Bourse et le cimetière de Bruxelles, en suivant approximativement l'itinéraire du tram. Cet événement ponctuel a été immortalisé par de nombreux photographes. Or, il s'avérerait que personne n'a pris (ou n'a pu prendre) de clichés de ces 63 barré sur le tronçon compris entre la place Meiser et le cimetière de Bruxelles. Jean-Pierre Marissens pense même que les bus 63 barré s'arrêtaient avenue Plasky (au terminus du tram) et que les voyageurs y étaient priés d'emprunter la navette 77. Qu'en est-il exactement? Je te remercie à l'avance de bien vouloir nous aider le cas échéant.

15:42 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

1973 : Commande de cent-cinq VanHool Fiat !

Le réseau reste très stable en 1973. La nouvelle la plus importante est la limitation du 85 vers ville à la Bourse plutôt qu'à la gare Centrale: de ce fait, les bus ne passent plus par... la Grand-Place. Imagineriez-vous aujourd'hui que ce lieu magnifique était un immense parking à voitures, et que les bus se frayaient un chemin par la rue de la Colline, la Grand-Place, la rue au Beurre et la rue de la Bourse? D'autre part, il faut citer le prolongement du 71 du boulevard des Invalides à la place Pinoy, à proximité de l'actuelle station Demey. Petite anecdote, en pensant à notre été pourri de 2005 et à notre capitale paralysée par les travaux: en 1973, c'était le cas aussi! Il y avait les travaux du tunnel de l'avenue de Cortenbergh, imposant des déviations continuelles et variables pour les lignes 28, 63 et 76; il y avait également ceux du métro vers Tomberg, entraînant la déviation d'une part des lignes 27 et 30 empêchées de circuler avenue de Broqueville, et d'autre part du... 28 (encore lui!) qui devait éviter la place du Tomberg. Mais en 1973, toute l'actualité se focalise sur le matériel. Le premier semestre voit le déclassement des soixante premiers autobus modernes de 1956: adieu les Büssing 6500T 8001 à 8015, les Brossel A96DAR 8016 à 8045 et les Mack 8046 à 8060! Heureusement, le MTUB a préservé un bus de chacune de ces séries mythiques: il nous reste les 8010, 8024 et 8048, aujourd'hui fort demandés à la location; quel dommage que ces trois véhicules doivent rester cloués au dépôt en raison d'avaries diverses... La rénovation du matériel peut entrer dans une deuxième phase. C'est au tour des semi-automatiques de l'Expo 58 (les Brossel A98DAR C «courts» 8061 à 8120 et A99DAR «longs» 8121 à 8150) d'être progressivement déclassés au fur et à mesure de la livraison d'une nouvelle commande massive: pas moins de 105 autobus VanHool Fiat 409-AU9, numérotés 8561 à 8665 et baptisés Fiat 5 bien qu'ils soient pratiquement identiques aux Fiat 4, viennent rajeunir le parc. Le dernier de la série, le 8665, est légèrement différent sur le plan de l'esthétique et préfigure le type 409-AU93... ou si vous préférez, les futurs Fiat 6 de 1974. Mais ça, c'est pour la semaine prochaine... ;-)

10:21 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/08/2005

1972 - Soixante Fiat 4

C'est le matériel qui va faire parler de lui en cette année 1972: en effet, les premiers autobus modernes de la 1e génération comptent 16 ans d'âge et sont en fin de vie. Le remplacement des 150 premiers autobus s'étalera sur trois ans. VanHool propose une version évoluée du Fiat 3, baptisée 409 AU9: l'esthétique extérieure est quasi inchangée, mais c'est à l'intérieur du véhicule (ambiance plus lumineuse avec tons plus vifs) et sous le capot que les changements sont les plus importants. La saga des soixante véhicules livrés en 1972 est assez riche: en effet, alors qu'ils sont en apparence identiques, ils peuvent être classés en quatre sous-séries qui diffèrent par quelques détails: 1) les 8516 à 8530, livrés en premier et dotés d'un moteur Fiat plus puissant que celui des 420HA-ST9; 2) les 8501 à 8515 ensuite, qui reçoivent... l'antique moteur Leyland qui équipait déjà les Brossel; 3) les 8531 à 8560 avec le nouveau moteur Fiat, dont les quinze premiers sont carrossés par VanHool et les quinze autres sous-traités à... Jonckheere. A la fin de l'année, le parc compte 551 autobus: du jamais vu! Du côté du réseau, notons la création de la ligne 71 Monnaie - Bd Invalides (vert/rouge), afin de compenser le détournement de la ligne 32 par l'avenue Louise au lieu de la chaussée d'Ixelles. Avec la bussification de l'avenue de la Couronne, celle de la chaussée d'Ixelles est à classer parmi les gros «couacs» de la STIB, car aujourd'hui les autobus articulés circulant à fréquence très élevée suffisent à peine à absorber la clientèle... Votre avis là-dessus? Citons également, et cela va faire plaisir à un de nos lecteurs anderlechtois, que tous les services 95 sont désormais prolongés au Heiligenborre ;-) Le 29 atteint son terminus actuel de l'Hof ten Berg, mais la boucle terminale est parcourue en sens inverse par rapport à aujourd'hui; à titre anecdotique, le 29 est enfin exploité en soirée, seize ans après sa création! Autre prolongement, celui du 63: le terminus de Scheut est abandonné pour l'actuel terminus Machtens, même si le texte SCHEUT demeurera encore dix ans sur les mentions des films... Dernier prolongement, celui du 21, qui atteint désormais le Westland Shopping au lieu de Moortebeek.

18:23 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/08/2005

1971 - Stabilité et optimalisation

Il n'y a pas grand'chose à se mettre sous la dent en cette année 1971: il s'agit d'un millésime placé sous le double signe de la stabilité et de l'amélioration de la lisibilité du réseau. Neerpede reçoit enfin une desserte digne de ce nom depuis la disparition des services 56 prolongés: comme ni l'éphémère tram 75 RP Meir - Neerpede, supprimé après seulement 22 jours d'existence, ni l'étonnant bus 103 vert/jaune/vert qui lui a succédé n'offraient une solution efficace, ce court tronçon est englobé dans l'itinéraire du 76, qui devient donc Cim Bruxelles - Neerpede. Fini la pénalisante rupture de charge au RP Meir, de même que l'hiatus du 103, indicatif qui désignait deux dessertes indépendantes, de couleurs différentes et exploitées selon deux modes distincts. Il n'en reste pas moins que le film 103 vert/jaune/vert était particulièrement beau, au point que je ne résiste pas à en faire la photo de la semaine: celle-ci illustre le Fiat3 8441 du MTUB arborant cette mention au terminus Neerpede de l'époque (rue de Neerpede / rue du Lièvre). Autre simplification bienvenue: les services 66 prolongés à De Paduwa poussent jusqu'au cimetière de Bruxelles avec film ad hoc; quant aux services non prolongés, ils circulent désormais sous mention 66 barré; exit donc la plaque de pare-brise DE PADUWA. Dans le même quartier, les lignes 63 et 76 (encore lui!) délaissent la chaussée de Louvain pour desservir les avenues Dunant et Courtens, ce qui traduit un souci de meilleur maillage du réseau. Côté matériel, c'est le calme plat... mais cela ne va pas durer! Rendez-vous la semaine prochaine pour en savoir plus...

12:01 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/07/2005

1970 - La bussification des 63 et 76

Comme prévu, les lignes 63 et 76 ne tardent pas à être bussifiées, ce qui entraîne la disparition de la navette 77 (elle-même ex-76, pfff! c'est compliqué, hein?), puisque le terminus des deux nouvelles dessertes autobus est le cimetière de Bruxelles. La photo de la semaine illustre la situation: le bus musée 8024, immortalisé square Ambiorix, arbore la première version du film 63 bus (code couleur vert/jaune, texte CIM. BRUXELLES / BOURSE / SCHEUT); bien que relativement inhabituel, ce type de matériel, à l'époque affecté à Vandermeeren, a bel et bien roulé sur les 63 et 76. A côté de ces deux créations de ligne, six dessertes deviennent plus importantes: il s'agit du 13 prolongé du square du Centenaire jusqu'à Liebrecht, du 28 dont le nouveau terminus faubourgs est établi au Stade Fallon, du 29 dont tous les services rallient le Hof ten Berg, du 36 qui atteint l'avenue de Tervuren à partir du parvis des Franciscains, du 48 prolongé de l'avenue du Domaine jusqu'à l'avenue Gatti de Gamond, et du 87 qui atteint désormais la place Marguerite d'Autriche. Autre fait important: l'avènement des abonnements MTB, qui s'accompagne d'une extension de la zone urbaine (par absorption de la première section suburbaine); c'est ainsi que les lignes 38 et 47 deviennent purement urbaines, et perdent donc leur indicatif rouge. Côté matériel, rien à signaler, si ce n'est la fin de la livraison des Fiat 3: le parc atteint ainsi 459 véhicules.

15:16 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/07/2005

1969 : L'esthétique Fiat

Quelques mots du réseau, tout d'abord. Deux lignes sont (très) légèrement prolongées en direction des faubourgs: il s'agit du 78 qui gagne 300 mètres le long de la rue de la Petite Ile, et du 87 qui atteint le parvis de l'église Sainte Cécile. D'autre part, tous les services 21 sont prolongés à Moortebeek, le terminus du square Rey étant totalement abandonné. L'inauguration du pré-métro approche... L'idée est de faire disparaître le tram de la surface des axes est-ouest, notamment les rues de la Loi, Belliard et des Colonies. Comme le 28 n'est pas retenu pour circuler en tunnel entre Schuman et Sainte Catherine, il est condamné à disparaître, ou plutôt à être bussifié, ce qui est chose faite fin novembre. Suite à cette bussification, qui sera bientôt suivie en 1970 par celles du 63 et du 76 (rendez-vous la semaine prochaine pour en parler), il manque à nouveau du matériel. Une nouvelle commande est passée à Van Hool: elle concerne 63 véhicules de type 420HA-ST9, numérotés de 8421 à 8483 et baptisés Fiat 3. Rien de bien nouveau sous le capot par rapport aux 420HA-ST2 (Fiat 1 et 2), mais en revanche la forme de la carrosserie s'est considérablement modernisée: on peut désormais parler d'une «ligne Fiat», car elle sera adoptée, moyennant quelques infimes modifications, sur tous les autobus livrés entre 1969 et 1975, soit pas moins de 342 véhicules (313 Fiat, 15 Leyland et 14 Daf)! La photo de la semaine est particulièrement d'actualité, car elle représente le Fiat 3 8441 du Musée arborant le nouveau film 21 Moortebeek!

09:54 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |