17/07/2005

1968 - Grande Restructuration, suite et fin

Commençons 1968 par une anecdote: après seulement 22 jours d'existence, le tram 75 RP Meir - Neerpede est bussifié sous indicatif 103. Particularité: le bus 103 a comme code couleur vert/jaune/vert, contrairement au tram 103 dont les couleurs sont jaune/jaune/jaune! Mode d'exploitation différent, trajet indépendant, code couleur distinct, ... mais indicatif identique! Comprenne qui pourra... Pour le reste, l'essentiel de l'actualité est bien évidemment la suite de la Grande Restructuration. Quatrième phase (9 janvier): le bus 86 Cim Ganshoren - Bourse est remplacé par le bus 87 Av Max Smal - Bourse, dont l'itinéraire est pratiquement identique (sauf la desserte du Karreveld, en remplacement du tram 60); d'autre part, le tram 13 Pl Wielemans Ceuppens - Ganshoren laisse la place à une minuscule ligne 13 Sq Centenaire - Av Laeken exploitée en autobus. Cinquième phase (19 mars): suite à la création du tram 32 Bourse - Boitsfort, la ligne de bus 85 a comme nouveau terminus urbain la gare Centrale, et ne dessert plus le haut de la ville. Sixième phase (16 avril): après les cinq premières qui ont essentiellement touché les lignes de tram, la sixième et dernière phase touche de plein fouet les dessertes par autobus. Le bus 17 Monnaie - Boitsfort - Coin du Balai est supprimé et remplacé par le 95 Bourse - Boitsfort - Coin du Balai à l'itinéraire relativement similaire (à l'exception du terminus de la Bourse et de la desserte de l'avenue de la Couronne). La mythique ligne 33 Moortebeek - Sq Rey - Boitsfort disparaît également: elle est remplacée partiellement par le 21 Moortebeek - Sq Rey - Sq Montgomery. Tous les services 47 Marly - Midi - Av Domaine sont limités à la gare du Midi: la desserte de l'avenue du Domaine est reprise par la ligne 48 Bourse - Av Domaine, dont le code couleur passe du jaune/rouge au vert/rouge pour l'occasion. Quant à la ligne 5 Gare Schaerbeek - Bourse, elle est raccourcie et devient 5 Gare Schaerbeek - Pl Flagey. Quelques lignes voient leur itinéraire adapté: c'est le cas du 49 Pl Bockstael - Midi qui dessert désormais le boulevard Paepsem, du 50 Midi - Lot dont la boucle terminale au Midi est légèrement revue, et du 96 Bourse - Sq Archiducs qui abandonne la porte de Namur pour desservir la gare du Quartier Léopold. Bilan de la Grande Restructuration: six lignes ont été supprimées (17, 22, 33, 64, 76 navette, 86), sept ont été créées (13, 21, 77, 78, 87, 95 et 103), neuf ont été modifiées partiellement (5, 20, 47, 48, 49, 50, 66, 85 et 96), et treize sont restées inchangées (27, 29, 30, 36, 37, 38, 42, 43, 46, 54, 57, 65 et 89). Petit rappel: la Grande Restructuration est expliquée en détail par notre ami Pierre «Germoir» sur son site Planitram, rubrique Histoire (lien direct: http://www.planitram.be/histoire/gr/FRgr0.html ).

09:06 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/07/2005

1967 - La restructuration en marche

Une petite anecdote pour commencer 1967: les travaux de réfection de la chaussée de Louvain, au-delà du dépôt en direction d'Evere, entraînent la limitation définitive du tram 76 à la place Meiser (pas de remplacement de voies); le tronçon abandonné par le tram est repris par une navette autobus circulant sous film 76 bleu/jaune... mais avec des textes différents. Il s'agit à ma connaissance d'un cas unique dans l'histoire des autobus urbains bruxellois. Mais derrière le calme apparent de 1967, qui succédait à deux années sans relief, nul ne pouvait se douter qu'il se préparait une véritable révolution à l'abri des murs du 15 Toison d'Or. Tout d'abord une révolution dans les habitudes des usagers (on ne parlait pas encore de «clients» à l'époque), qui appréciaient les trajets directs et qui devraient bientôt composer avec la frustration des correspondances. Et d'autre part une révolution dans la nomenclature des lignes, qui avec le temps n'avait subi que certaines adaptations. Cette «remise à plat» du réseau s'effectuera en six étapes, réparties entre la mi-1967 et la mi-1968. Aujourd'hui, seules les trois phases de 1967 seront décrites (partiellement), les trois phases suivantes étant développées la semaine prochaine. Première phase (31 octobre): le tram 74 Pte Tervuren - Petite Ile est supprimé, et avec lui la desserte du tronçon Midi - Petite Ile; voici l'origine de la création du bus 78! Deuxième phase (28 novembre): le bus 64 Parc Anderlecht - Evere - Pl De Paduwa passe à la trappe; le tram 102 prend le relais à Bruxelles et à Molenbeek, tandis qu'à Evere, en compensation, certains bus 66 sont prolongés à De Paduwa. Troisième phase (12 décembre): le bus 22 Pl Verheyleweghen - Pl Min Wauters disparaît à son tour; son tronçon anderlechtois est repris par le tram 103, alors que la desserte de Woluwe Saint Lambert revient au bus 20, prolongé de Montgomery à Verheyleweghen. Autre anecdote de cette troisième phase: la navette bus 76 est renumérotée 77, sans changement de mentions ou de code couleur. Note: vous trouverez tous les détails de la Grande Restructuration sur l'excellent site Planitram de notre ami Pierre «Germoir», à la rubrique Histoire (lien direct: http://www.planitram.be/histoire/gr/FRgr0.html ).

10:30 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/07/2005

1966 - R.A.S.

Celui qui pensait qu'à une année 1965 morne allait succéder un millésime 1966 plus dynamique en sera pour ses frais: RIEN ne changera! Aucune création ou suppression de ligne, pas davantage de modification, de prolongement ou de raccourcissement, et aucune évolution ou mutation de matériel. Rien, zéro, nada! Quoique... Le (pré-)métro se précise, les travaux de terrassement ont déjà commencé au rond-point Schuman, et petit à petit les plans de circulation dans Bruxelles sont adaptés. Trois modifications méritent d'être relevées, tellement on a du mal à s'imaginer aujourd'hui la situation qui prévalait jusqu'alors. Citons en premier lieu la mise en sens unique des rues de la Loi et Belliard: auparavant, chacune de ces deux artères avaient une double voie de tram au milieu de la voirie! Incroyable... Ensuite, citons le parc et l'esplanade du Cinquantenaire qui sont fermés à la circulation: jusque là, les autobus 27 et 30 effectuaient des dizaines de passages quotidiens sous les arcades... Enfin, pouvez-vous vous imaginer la place de la Monnaie sans piétonnier, avec de la circulation automobile, et avec un terminus autobus? En effet, pas moins de six lignes y stationnaient devant l'élégant Hôtel des Postes (17 27 29 36 65 66), qui fut rasé pour faire place à une galerie commerçante moderne et informe. Toute une époque... Au passage, illustrons quand même une série qui jusqu'ici n'avait pas eu droit à sa photo: les Brossel A96DAR de 1956. Sans casquette, mais avec des vitres dans les arrondis de toiture et un capot arrière totalement ajouré, ils avaient vraiment un look particulier! La photo est prise le 29 juin 1991, lors de la mise en service des A500 sur le 49 (cfr. photo du 8403 dans le post précédent). *** Edité le 4/9/2005 : les lignes 20 et 22 ne sont jamais passées sous les arcades du Cinquantenaire ***

16:27 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/06/2005

1965 - Quatre Fiat 2 supplémentaires

Il n'y a strictement RIEN à dire sur 1965 du point de vue du réseau, puisqu'à part deux ou trois changements d'itinéraire mineurs le réseau reste stable. Je peux juste citer à titre d'anecdote que c'est en 1965 que la chaussée de Louvain est mise à sens unique entre les places Madou et Saint Josse, obligeant les bus 29 ainsi que les trams 63 et 76 à gravir la rue Scailquin en direction du centre. Vous imagineriez aujourd'hui cette chaussée de Louvain à double sens dans Saint Josse??? Sur le plan du matériel, on peut citer la livraison des quatre Fiat 2 supplémentaires (8417 à 8420). C'est aussi le prétexte pour illustrer cette série de véhicules, représentée au Musée par le 8403: la photo illustre ce véhicule place Bockstael le 29 juin 1991, lors du week-end de mise en service des A500 sur le 49, quand des autobus anciens (8024, 8149, 8303, 8403 et 8441) étaient venus accompagner les A500 tout neufs...

12:41 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/06/2005

1964 - La fin des trolleybus

L'année 1964 serait sans doute banale à raconter s'il n'y avait un événement de taille: l'abandon du trolleybus. Pour la première fois à Bruxelles, et ce fait est d'ailleurs inédit, un mode de transport est totalement abandonné. Voilà donc le trolleybus 54 «bussifié», au grand dam d'un lecteur assidu de ce blog, par ailleurs co-auteur de l'ouvrage à venir... Simultanément, le dépôt tram/trolleybus de la Chaussée de Louvain devient tram/bus, à l'instar d'Ixelles. Quelques mois plus tard, c'est au tour du tram 20 de jeter l'éponge, son exploitation étant partiellement reprise par autobus. Nous voici donc avec un parc autobus en hausse constante, puisque l'effectif dépasse les 400 unités et est réparti en cinq garages, du jamais vu! Et malgré cela, l'exploitant a de la peine à suivre la demande: c'est que Van Hool accuse des retards dans la livraison des Fiat 2... Ces retards étant convertis en pénalités, la firme lierroise trouvera un arrangement à l'amiable en livrant quatre 420HA-ST2 supplémentaires: il y aura donc cinquante-quatre Fiat 2 (8367 à 8420) au lieu de cinquante! Toutefois, ces quatre Fiat 2 supplémentaires (8417 à 8420) ne seront livrés qu'en 1965, après que Van Hool aura honoré une commande de trente 420HA-ST2 pour le compte de la MIVA à Anvers...

17:28 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

12/06/2005

1963 - Les premiers Fiat

A nouveau, il n'y a pas grand'chose à signaler du point de vue réseau en 1963, puisque deux lignes seulement sont créées. C'est d'abord la 43 Uccle Centre - Vivier d'Oie qui ouvre le bal et qui, bien que nouvelle, a déjà 30 ans d'histoire derrière elle, puisqu'il s'agit de l'ancienne ligne J Uccle Calevoet - Saint Job créée en 1933 par les Autobus Bruxellois et passée au privé en 1934. Ensuite, c'est au tour de la ligne suburbaine 57 Vilvorde - Nord de voir le jour: elle ne circule qu'en pointe, mais quelques services 47 sont prolongés à Vilvorde en dehors des heures d'exploitation du 57. Signalons également que le 42 devient Joli Bois - Boitsfort par prolongement à partir du pont de Woluwe, et ce afin de compenser la suppression du tram 31. A cette occasion est créé le premier point de transit localisé, une sorte de correspondance gratuite mais aux règles complexes: cette notion deviendra un véritable casse-tête par la suite, surtout après la Grande Restructuration de 1967-1968. Enfin, une navette est créée entre la maison de repos de Molenbeek et... le cimetière (non, ne riez pas!): elle circule sous film blanc, mais deviendra (beaucoup) plus tard 85 barré, puis 86, avant d'être englobée dans le 84 actuel. Mais l'actualité la plus chaude concerne le matériel. Les huit prototypes à carrosserie autoportante livrés en 1962 ont leur petit succès. Les établissements Brossel, fidèles au châssis indépendant, créent alors le modèle A92DAR à châssis allégé et tare réduite, ce qui permet de diminuer la cylindrée du moteur et donc sa consommation. Malheureusement, les seize exemplaires livrés à la STIB (série 8341 à 8356) s'avèrent sous-motorisés, peu performants et très fragiles: c'est l'échec. Plus jamais par la suite, la STIB ne commandera d'autobus à vrai châssis ni de Brossel. Une page est tournée... Au contraire, c'est VanHool, et surtout le moteur Fiat, qui font leur entrée triomphale à la STIB: après une pré-série de dix exemplaires (8357 à 8366, dits Fiat 1), cinquante autres 420HA-ST2 (série 8367 à 8416, dits Fiat 2) sont commandés et en cours de livraison, le solde arrivant en 1964. Mais ce sera pour la semaine prochaine... ;-)

09:24 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/06/2005

1962 - Huit prototypes à carrosserie autoportante

Le réseau autobus reste fort stable en 1962. Seule une ligne de tram est bussifiée: il s'agit de la 22 Sq Meudon - Pl Min Wauters. Certains services 22 sont prolongés de la place Wauters au CERIA, tandis que d'autres le sont du sq Meudon à la place Verheyleweghen. Bien vite d'ailleurs (et toujours en 1962), la place Verheyleweghen deviendra le terminus woluwéen définitif de la ligne. C'est du matériel que viendra la (quasi) nouveauté de l'année: après n'avoir commandé jusqu'ici que des véhicules à carrosserie posée sur un châssis motorisé indépendant (à l'exception des Mack), la STIB s'intéresse aux carrosseries autoportantes. Huit prototypes présentant cette caractéristique sont livrés au cours de 1962: trois Büssing Senator (8901 à 8903), trois Magirus Saturn II (8911 à 8913) et deux Mercedes O.322 (8921 et 8922). Ces véhicules, dont malheureusement aucun exemplaire n'a été conservé, tiennent d'ailleurs davantage de l'autocar que de l'autobus... La composition particulière de leurs bobines de films (confectionnées sur mesure, car hors dimensions) ne leur permet de circuler que sur les lignes 5, 65, 85, 86 et 89 de Frontispice. Une nouvelle fois, je fais exception à la règle en proposant une photo d'époque, qui représente le Magirus Saturn II 8911 sur le 89 à la station Sainte-Catherine (direction Stade du Heysel), le 9 avril 1974; derrière, on aperçoit des Brossel A98DARV2 sur le 76 (8294) et sur le 63 (matricule illisible).

17:03 Écrit par Transiristor | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |